[COVID-19] Réflexions sur le confinement et sur l'avenir du numérique.

[COVID-19] Réflexions sur le confinement et sur l'avenir du numérique.

Chef de Service au CHU d'Amiens et élu du Conseil Départemental de la Somme et de la Communauté d'Agglomération d'Amiens, je mesure, au quotidien, le croisement des courbes de l'angoisse face à la maladie d'une part, et d'autre part face à la perte d'emploi et à l'effondrement économique !

 

Un paradoxe s'est noué dont il est difficile de sortir.

 

Pour protéger les citoyens et éviter une thrombose de l'hôpital, le gouvernement a décidé, à juste titre, de confiner les personnes non atteintes par le virus au prix d'un collapsus économique jamais vu.

 

Mais chacun sait que l'on ne sortira de cette crise sanitaire que lorsque plus de 50% de la population sera immunisée, c'est à dire aura été contaminée !

 

D'où le paradoxe : comment parvenir à ces plus de 50% si on les confine ?

 

J'ai avancé une voie pratiquée ailleurs : isoler et traiter les personnes infectées plutôt que confiner les personnes non atteintes en organisant des espaces intermédiaires entre l'hôpital et le foyer.

 

Il y a urgence car le confinement général asphyxie et risque de tuer les entreprises, donc l'emploi, donc les revenus des citoyens comme de l'État et des collectivités.

 

Réflexions sur le numérique

Le Figaro titre :" La crise du Covid 19 accélère la bascule dans le monde numérique en précisant : travail, éducation, formation, achats, consultation médicale, divertissements, et même le sport… Avec la crise du coronavirus et le confinement brutal de milliards d’individus à travers le monde, tout se fait à distance depuis chez soi."

"En France, un actif sur cinq travaille actuellement à 100 % en télétravail, selon une étude Odoxa publiée jeudi. Contraintes dans l’urgence d’assurer la sécurité de leurs salariés et la continuité de leurs activités à distance, les entreprises ont dû en un temps record équiper l’ensemble de leurs employés en ordinateurs portables et en accès sécurisés à leurs applications. Et 79 % des Français se sont mis à utiliser des outils numériques qu’ils n’utilisaient peu ou jamais avant la crise : visioconférences, conversations à plusieurs, partage de documents, etc. Une tendance observée dans tous les pays touchés par le coronavirus, qui a provoqué une augmentation vertigineuse de l’activité des grands acteurs du cloud computing."

 

N'est-il pas temps d'imaginer à nouveau être en tête de la révolution numérique ?

 

Notre retard scolaire endémique ne mérite-il- pas des actions pilotes et fortes pour l'accompagnement scolaire ?

 

Le télétravail ne peut-il, au sortir de cette crise, s'organiser dans nos collectivités et établissements publics pour organiser ces emplois et le droit s'y appliquant ?

 

Ne peut-on pas renforcer la télé médecine, la télé administration, la télé formation continue toujours offerts comme des suppléments de choix et non des contraintes nouvelles ?

 

Doit-on se résigner à voir nos communes se vider peu à peu de leurs petits commerces au profit d'Amazon ou de Cdiscount et ne pouvons-nous pas, avec les chambres de commerces et les commerçants, organiser les commandes et livraisons à domicile pour les commerçants qui le souhaiteraient ?

 

Que ce soit pour réussir la sortie médicale ou la sortie économique de cette triste période nous devons réinventer, avec de nouveaux outils et de nouvelles pratiques, nos façons de vivre et de travailler.

 

Comme dans chaque mutation, ceux qui imaginent, assument les risques et prennent leurs chances, seront parmi les gagnants !

 

Olivier Jardé,
Chef de service au CHU d'Amiens, chirurgien orthopédiste,
Vice-président d'Amiens métropole, conseiller départemental de la Somme.

 

Pour voir toutes les autres contributions de la thématique, cliquez ici !


Actuellement 2 commentaire(s)

Veuillez vérifier vos emails pour le lien d'activation