Améliorer le dispositif des 80km/h en laissant la main aux départements.

Améliorer le dispositif des 80km/h en laissant la main aux départements.

Les derniers chiffres qui viennent de tomber concernant la mortalité sur la route en 2018 sont une bonne nouvelle : 3259 personnes sont décédées cette année-là contre 3448 en 2017. Mais en déduire que ce n'est que la conséquence de la mesure des 80km/h et que c'est la preuve qu'il faut maintenir cette limitation partout sur le réseau concerné est une erreur.

 

À première vue, au regard de ces chiffres dont Édouard Philippe s'est félicité dernièrement, on pourrait hâtivement en conclure que la mesure doit rester sur toutes les routes à deux voies sans séparateur central. Mais il ne faut pas tomber dans une interprétation trop simpliste et rapide de ces chiffres.

 

Premièrement, la baisse du nombre de morts chaque année ne date pas de cette 2018 mais de 2017, autrement dit avant la mise en place de cette mesure. Ensuite, ce nombre de 3259 personnes décédées est très proche de celui de 2013 (3268), là encore bien avant les 80km/h. Enfin, il ne faut pas négliger d'autres facteurs favorables à une baisse du nombre d'accidents. Par exemple, le succès de la prime à la conversion qui a permis à près de 200 000 voitures-épaves de laisser la place à de bien meilleurs véhicules, modernes et capables de corriger des erreurs de conduite.

 

Mais il est incontestable que la limitation à 80 km/h a empêché à des accidents d'arriver. Voilà pourquoi il ne faut ni supprimer, ni maintenir cette mesure, mais plutôt l'adapter en fonction des territoires. Et pour cela, quoi de mieux que le département pour prendre les bonnes décisions ?

 

Pour que cette mesure soit mieux acceptée et plus efficace, il doit appartenir aux conseils départementaux de décider quelle portion de route reste à 80km/h et laquelle revient à 90km/h. Déjà parce que la construction et l'entretien du réseau routier départemental est de sa compétence. Ensuite parce que c'est l'organe qui connaît le mieux les routes les plus accidentogènes sur son territoire.

 

Cela permettrait à cette mesure initialement noble dans ses intentions d'être enfin comprise. Personne ne conteste le fait que certaines portions de routes ou d'autoroutes doivent être empruntées plus prudemment en amoindrissant la vitesse de son automobile. Mais il est certains endroits dans lesquels rouler à 90km/h ne présente pas plus de danger que de rouler à 80km/h et qui frustrent à juste titre leurs usagers.

 

Olivier.

 

Pour voir tous les autres articles de la thématique, cliquez ici !

 

 


Actuellement 3 commentaire(s)

Veuillez vérifier vos emails pour le lien d'activation
  • Territoires 2
    commented 2019-02-12 12:33:03 +0100
    Deux réflexions à l’usage de ceux qui veulent " aménager " d’urgence les 80 km/h

    La première, venant d’un usager régulier des routes limitées à 80 km/h en Normandie . Si vous roulez à 80 km/h sur ces routes, vous êtes doublé par tout le monde . La meilleure preuve, une explosion des infractions relevées par les radars, avant que les gilets jaunes ne les mettent hors d’usage .  Soyez donc rassurés, nos concitoyens roulent toujours à 90 km/h ou plus . Ne parlons pas des motocyclistes, définitivement allergiques à toute contrainte .

    La seconde , diminuer la vitesse est un moyen puissant de réduire la facture de carburant alors que les gilets jaunes ne bouclent pas leurs fins de mois à cause de cette même facture, cherchez l’erreur !

    Au total, il me paraît sage et responsable d’attendre deux ans pour tirer le bilan de cette mesure, les centristes doivent résister au populisme et à l’absence de sens civique du français moyen .

    Maurice Talbot
  • Territoires 2
    commented 2019-02-04 17:19:13 +0100
    Deux réflexions à l’usage de ceux qui veulent " aménager " d’urgence les 80 km/h

    La première, venant d’un usager régulier des routes limitées à 80 km/h en Normandie . Si vous roulez à 80 km/h sur ces routes, vous êtes doublé par tout le monde . La meilleure preuve, une explosion des infractions relevées par les radars, avant que les gilets jaunes ne les mettent hors d’usage .  Soyez donc rassurés, nos concitoyens roulent toujours à 90 km/h ou plus . Ne parlons pas des motocyclistes, définitivement allergiques à toute contrainte .

    La seconde , diminuer la vitesse est un moyen puissant de réduire la facture de carburant alors que les gilets jaunes ne bouclent pas leurs fins de mois à cause de cette même facture, cherchez l’erreur !

    Au total, il me paraît sage et responsable d’attendre deux ans pour tirer le bilan de cette mesure, les centristes doivent résister au populisme et à l’absence de sens civique du français moyen .

    Maurice Talbot
  • Territoires 2
    a publié this page dansFaire confiance aux territoires 2019-01-29 17:04:36 +0100