Face aux dégâts causés en marge des manifesfations des Gilets jaunes, les élus urbains attendent le Plan d'actions du gouvernement.

Face aux dégâts causés en marge des manifesfations des Gilets jaunes, les élus urbains attendent le Plan d'actions du gouvernement.

Après avoir enfin obtenu une réunion d'urgence avec Bruno Le Maire, ministre de l'économie et des finances, France Urbaine attend désormais les détails du "Plan d'actions" du gouvernement, notamment sur l'exonération des charges sociales et des impôts qui incombent aux commerçants affectés.

 

VOIR LE COMMUNIQUÉ CI-DESSOUS :

 

Manifestations des gilets jaunes :
Coût des manifestations : rendez-vous dans quinze jours.

 

Face aux dégâts causés en marge des manifestations des Gilets jaunes, les élus urbains, via le conseil d’administration de France urbaine, ont en effet voulu exprimer leur « ras-le bol », celui des habitants et des commerçants des centres urbains également, et surtout, leurs inquiétudes face à la facture qui continue de grimper.

 

France Urbaine a ainsi attiré l’attention du gouvernement sur deux points :

- l’impact de ces manifestations sur les commerces (dégradations, pertes de recettes, pertes d’emplois…), essentiellement en centre-ville. Il est vrai que certaines mesures avaient été annoncées dans la presse en faveur des commerçants (fonds de soutien de 3 millions d’euros), mais aucune information n’avait été communiquée aux élus Locaux, alors même que ce sont vers eux que les commerçants se tournent pour savoir quelle aide peut leur être apportée. Au moment où le gouvernement s’appuie sur les Maires pour faciliter l’organisation du grand débat national, il était étonnant qu’il n'ait pas pensé à les associer à la préparation des réponses pour les commerçants.
 
- l’impact sur les contribuables locaux dû à la prise en charge de la mobilisation des services de la collectivité et des forces de l’ordre, et des dégradations urbaines et de biens publics, en marge des manifestations des « gilets jaunes » chaque samedi depuis 13 semaines. Ces charges non-prévues se chiffrent à fin janvier à plus de 30 millions d’euros pour les collectivités membres de France urbaine (Paris 15 M€, Toulouse 5 M€,  Bordeaux 1,5 M€, Rouen 1 M€, Rennes 1 M€, Saint-Etienne 1 M€, Dijon 1 M€…). Elles agrègent en général le remplacement des mobiliers urbains, les rénovations de voirie, la remise en état des espaces publics, le nettoiement les dégradations d’immeubles publics, les pertes de recette de transports et de parking. Plusieurs questions ont été soulevées : premièrement, quelles mesures l’Etat entend-il prendre pour accompagner financièrement les réparations, la solidarité nationale devant jouer car on ne peut faire peser ces dépenses sur les seuls habitants des villes qui par ailleurs concentrent l’essentiel des pauvretés et lèvent une fiscalité locale importante du fait de charges de centralité mal prises en compte ? Deuxièmement, si des mesures sont prises, comment s’articuleront-elles avec le plafonnement des dépenses des collectivités édicté par les contrats dits de « Cahors » ? S’agira-t-il bien de dépenses exceptionnelles non-comptabilisées dans la mesure des écarts entre 2017 et 2018 ?
 
Au vue de ces éléments, « il est nécessaire que se mette en place une vraie coopération entre l’Etat et les villes touchées », comme l’a fait remarquer Jean-Luc Moudenc. France Urbaine a confirmé, dans un nouveau communiqué de presse, trois demandes claires au gouvernement :
- une exonération et non pas seulement un étalement des charges sociales et des impôts qui incombent aux commerçants affectés.
- le renforcement du maintien de l’ordre.
- la prise en charge totale ou partielle des coûts supplémentaires - supportés par nos collectivités - liés aux dégradations et retirer du périmètre de la contractualisation les dépenses de fonctionnement engagées.
 
Le gouvernement, par la voix du ministre Bruno Le Maire, a finalement donné rendez-vous aux élus dans deux semaines pour la présentation d’un « Plan d’actions », élaboré par un groupe de travail associant élus et gouvernement, qui devrait se mettre immédiatement en place.
Les élus de France urbaine restent bien entendu mobilisés et s’impliqueront dans ce groupe de travail et l’élaboration de ce plan, en espérant que cela débouche sur des mesures concrètes.

 

À propos de France Urbaine.

 

Seule association nationale regroupant à la fois les grandes villes et les grandes intercommunalités que sont les métropoles, les communautés urbaines, les communautés d’agglomération et les établissements publics territoriaux franciliens, France urbaine est une nouvelle force représentative de l’évolution de l’organisation territoriale comptant 104 membres de toutes tendances politiques, soit de 2 000 communes dans lesquelles réside près de la moitié de la population française. Présidée par Jean-Luc-Moudenc, maire de Toulouse, président de Toulouse Métropole, elle est administrée par un conseil d’administration de 38 membres et un bureau de 14 élus. France urbaine a pour objectif de promouvoir le fait urbain auprès des pouvoirs publics et de tous les citoyens.

 

Dans un dialogue permanent avec l’État, l’association participe pleinement à la structuration du monde urbain dans notre pays et à l’attractivité de tout son territoire. Elle défend une « Alliance des territoires » en mesure de faciliter les coopérations territoriales et d’assurer une pleine effectivité des politiques publiques. En développant des services auprès de ses membres afin de mieux répondre aux enjeux auxquels ils sont confrontés, elle éclaire la décision publique selon les spécificités urbaines et apporte une réflexion nouvelle dans les débats locaux, nationaux, européens et internationaux. France urbaine organise chaque année des événements phares comme la Conférence des Villes, les Journées Nationales de France urbaine et les Rencontres des Finances Publiques.

 

Pour voir toutes les autres actualités, cliquez ici !


Actuellement 1 commentaire

Veuillez vérifier vos emails pour le lien d'activation
  • Territoires 2
    a publié cette page dans Actualités 2019-02-11 00:23:56 +0100