Indignation générale des élus locaux suite au hashtag #BalanceTonMaire

Indignation générale des élus locaux suite au hashtag #BalanceTonMaire

La riposte des élus locaux a été forte suite à l'attaque de militants de La République En Marche auprès des maires avec le hashtag #BalanceTonMaire.

 

Suite à la disparition progressive de la taxe d'habitation, certains maires ont pris la décision d'augmenter le taux de cette taxe pour compenser une partie de la perte de leurs recettes.

 

Pour expliquer ces hausses, le gouvernement n’a pas hésité à en faire porter directement la responsabilité aux maires ! Sur les avis d’imposition figure en effet un encadré expliquant : « À la suite de la réforme nationale de la taxe d'habitation, vous bénéficiez pour cette année d'une réduction de 30% de cet impôt. Toutefois, l'une au moins de vos collectivités locales ayant augmenté son taux ou supprimé des avantages vous concernant, votre gain est diminué. »

 

Sauf que les cas où les augmentations de taux votées par les communes cette année sont suffisamment importantes pour effacer les 30 % de baisse sont très rares ! En se reportant à la base de données rendue publique par les services fiscaux, on peut en avoir une idée très précise : seules 138 communes sur les 35 335 qui sont référencées dans la base ont augmenté leur taux de plus de 30 % – soit 0,39 % d’entre elles. Dans la grande majorité des cas où les contribuables ont été touchés par une hausse nette de leur imposition, cela est dû – comme Gérald Darmanin a d’ailleurs dû le reconnaître lui-même, ce matin sur RTL – à la modification de la composition du foyer, avec par exemple le départ d’un enfant.

 

Mais pire encore : des militants du mouvement politique du Président de la République ont voulu dénoncer cette augmentation en lançant le hashtag #BalanceTonMaire sur twitter ! Hashtag inadmissible pour nombre d'élus locaux qui dénoncent cette tentative de déstabilisation qui ne peut qu'augmenter la défiance déjà existante des collectivités à l'égard de l'État. Ci-dessous quelques exemples sur twitter :

 

"Mettre les maires et leurs équipes municipales, bien souvent bénévoles ou quasi, au même index que les harceleurs... Le gouvernement a tort. La dénonciation ne sert pas la démocratie." Hervé Morin, Président de Territoires, des Régions de France et de la Région Normandie.

 

"Que ceux qui sont à l’origine de #BalanceTonMaire aient un jour le courage de se présenter aux élections municipales, le talent pour les remporter et les compétences pour gérer une commune et assumer la baisse structurelle des concours financiers de l'État." Loïc Hervé, sénateur de Haute-Savoie, membre de la Commission des Lois au Sénat.

 

"Entièrement d'accord avec vous Loïc. Mais ce genre de courage qui exige du temps et de l’énergie pour les autres, c’est si rare, et bien loin de tout cela..." Sonia de la Provôté, sénatrice du Calvados.

 

"Il faut faire cesser tout de suite cette insulte aux maires !" François Baroin, Président de l'Association des Maires de France, maire de Troyes.

 

« La démarche de la majorité LaREM est scandaleuse. Reprocher aux maires de réagir à une décision unilatérale prise par l’État qui porte atteinte aux budgets communaux est inacceptable. » Vanik Berberian, Président de l'Association des Maires Ruraux de France et maire de Gargilesse-Dampierre dans l'Indre.

 

"#BalanceTonMaire, une campagne de dénigrement déplorable, il est beau le “nouveau monde“ et ses méthodes populistes de délation et de stigmatisation d’élus qui dans un contexte difficile font vivre nos villes, nos bourgs et nos villages." Catherine Morin-Desailly, sénatrice de Seine-Maritime, Présidente de la Commission culture, éducation et communication au Sénat.

 

Pour voir toutes les autres actualités, cliquez ici !

 

 


Actuellement 1 commentaire

Veuillez vérifier vos emails pour le lien d'activation
  • Paul-Eric Dècle
    a publié this page dansActualités 2018-10-15 18:06:15 +0200