La scolarisation des élèves handicapés doit être la nouvelle priorité en matière d'éducation !

La scolarisation des élèves handicapés doit être la nouvelle priorité en matière d'éducation !

Alors que la rentrée des classes bat son plein et que beaucoup de changements sont à prévoir pour les enseignants et les élèves cette année, il y a un sujet majeur qui lui, ne change pas en matière d'éducation : celui de la scolarisation des élèves handicapés.

La rentrée 2018 qui s'annonce verra s'appliquer beaucoup de nouvelles règles sans aucun doute, je le crois, notables pour l'amélioration du niveau des enfants et des adolescents à l'école. Portable interdit au collège, tests d'évaluation réguliers en français et en mathématiques, dictées et calculs mentaux quotidiens en primaire, nouveau baccalauréat en 2021 que les élèves de seconde de cette année passeront... L'action et la détermination de Jean-Michel Blanquer dans ce domaine est incontestable.

Néanmoins, une ombre importante vient noircir le tableau du ministre de l'Éducation Nationale : celle de la scolarisation des élèves handicapés.

Cette année encore, des milliers de jeunes handicapés ne pourront pas aller à l'école faute d'Assistante de Vie Scolaire (AVS) ou d'Accompagnant des Élèves en Situation de Handicap (AESH). D'autres seront éternellement en liste d'attente dans les établissements spécialisés ou n'auront qu'un très faible nombre d'heures d'école par semaine.

Comment la France, pays qui se revendique être celui des droits de l'Homme, et donc des droits de l'enfant, peut-elle encore à notre époque laisser ce genre de situation se réaliser sur ses terres ? La scolarisation de tous les enfants, qu'ils aient un handicap ou non, quel que soit leur handicap, est un droit fondamental qui n'est pourtant pas respecté. Comme l'a dit Luc Gateau, Président de l'Unapei (l'Union nationale des associations de parents, de personnes handicapées mentales et de leurs amis) : "La scolarisation des élèves handicapés est de droit, pourtant la réalité reste cruelle."

Il est essentiel que l'État mette les moyens humains et financiers nécessaires pour permettre à tous les enfants de notre pays d'être scolarisés. Le maintien de cette inégalité pour des raisons économiques est contraire aux principes fondamentaux. Il faut chiffrer les besoins dans ce domaine, recruter plus d'AVS et d'AESH et améliorer également la formation des professionnels de l'Éducation Nationale.

Michelle Vaullemaint.


Actuellement 1 commentaire

Veuillez vérifier vos emails pour le lien d'activation