Pauvreté des jeunes : des efforts doivent être faits dans les zones sous-dotées !

Pauvreté des jeunes : des efforts doivent être faits dans les zones sous-dotées !

Président d’un des six groupes de travail invités à faire des propositions aux gouvernements pour prévenir la pauvreté, je me suis penché sur celle des jeunes. Ce groupe de travail a rendu ses propositions à la Ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn jeudi 15 mars dernier. Après avoir auditionné des Organisations Non Gouvernementales, des collectivités et des professionnels, des propositions ont été formulées auprès du gouvernement pour lutter contre la pauvreté des jeunes et anticiper au maximum les situations de détresse.

L’école, la crèche, l’enseignement supérieur, la formation… Dans notre vie, nous avons tous vocation à passer ces étapes successives. Dans mon approche, j’ai souhaité que ces propositions puissent s’appliquer à chacun d’entre nous pour que chaque français ait les moyens de réussir et de prendre le départ d’une vie normale.

Mon expérience de Maire d’Arras m’a hélas montré que de nombreuses personnes ont décroché du système éducatif, que des parents ignorent les solutions proposées par les collectivités et passent à côté des dispositifs proposés. C’est dans ces poches de population que l’on rencontre la plupart des cas de pauvreté des jeunes.

Nos propositions visent notamment à rendre plus accessible, équitable et transparent l’accès aux places en crèche. Elles doivent être attribuées selon des critères objectifs et un dispositif doit encourager les structures à accueillir les enfants en difficulté. Je demande à ce que, à l’horizon 2030, l’offre d’accueil des enfants de 0 à 3 ans soit suffisante sur tous les territoires. Si les crèches doivent se construire et se développer partout en France, un effort particulier et assumé doit être fait en direction des territoires sous-dotés et des familles en difficulté. Parce que devenir parent ne s’improvise pas, des lieux-pivots d’aide à la parentalité doivent être créés et connus du public pour aider les parents en difficulté.

L’objectif est de faire en sorte que tous les enfants soient accueillis dans de bonnes conditions par des équipes formées selon un socle commun de formation partout en France.

L’éducation est un enjeu de société dans lequel chacun doit prendre sa part. Mon groupe de travail et moi-même proposons de rapprocher tous ceux qui, au quotidien, sont au service de l’enfant : crèches, écoles, éducation nationale, collectivités… Dans ma ville d’Arras, je propose même de créer des conseils de l’Education qui regroupent les différentes structures de l’éducation de la Petite Enfance : les représentants d’élèves, les élus et les services de la Ville pour travailler ensemble dans l’intérêt de l’enfant. À terme, ces dispositifs doivent assurer un continuum éducatif et une cohérence entre 0 et 6 ans.

Retrouvez le dossier complet sur : http://solidarites-sante.gouv.fr/actualites/actualites-du-ministere/article/strategie-de-lutte-contre-la-pauvrete-cloture-de-la-concertation-et-remise-des

Frédéric Leturque,
Maire d'Arras,
Conseiller régional des Hauts-de-France

Résumé de mes propositions :

-Rendre plus accessible, équitable et transparent l'accès aux crèches.
-Offrir un accueil suffisant pour les enfants de 0 à 3 ans sur tous les territoires à l'horizon 2030.
-Mettre en place un dispositif encourageant les structures existantes à accueillir les enfants en difficulté.
-Rapprocher toutes celles et tous ceux qui sont au service de l'enfant.

Pour voir tous les autres articles de cette thématique, cliquez ici !


Actuellement 3 commentaire(s)

Veuillez vérifier vos emails pour le lien d'activation