Pénurie de médicaments : la production doit être relocalisée en Europe.

Pénurie de médicaments : la production doit être relocalisée en Europe.

Nathalie Colin-Oesterlé, députée européenne, déplore que l'obtention de médicaments en France et en Europe soit assujettie à la production de la plupart des principes actifs en Asie. Elle demande à ce que l'Europe retrouve son indépendance en la matière.

 

"Les phénomènes de ruptures de stocks se sont considérablement aggravés ces dernières années au sein de l’Union européenne. En France, les pénuries de médicaments ont été multipliées par vingt entre 2008 et 2018, exposant les patients à des risques considérables et fragilisant les systèmes de santé, tant à l’échelle nationale, qu’européenne.

 

Aujourd'hui, 80% des principes actifs comme l’ibuprofène ou le paracétamol sont fabriqués en Asie, contre seulement 20% il y a trente ans. Dans le cas d’une pandémie mondiale comme le COVID-19, l’affaiblissement de la Chine influe sur sa production de matières premières destinées à l’industrie pharmaceutique, entraînant une série de conséquences sur les chaînes de production, notamment indiennes, qui importent de Chine 70% de leurs principes actifs.

 

Alors que l’Inde a annoncé hier qu’elle réduirait ses exportations de médicaments de 10% afin de privilégier son stock national, l’Union européenne demeure vulnérable et sans alternative. L’Europe ne doit plus dépendre des chaînes de production externes et doit relocaliser ses industries pharmaceutiques.

 

La production de médicaments est un enjeu stratégique tant national, qu’européen. J’ai interpellé la Commission européenne à ce sujet et ai suggéré la création d’un forum européen de la santé regroupant toutes les parties prenantes afin d’analyser les causes de ces pénuries et proposer des solutions."

 

Pour voir toutes les autres contributions de la thématique, cliquez ici !


Actuellement 1 commentaire

Veuillez vérifier vos emails pour le lien d'activation