Rapports hommes-femmes : vers un meilleur équilibre !

Rapports hommes-femmes : vers un meilleur équilibre !

Depuis quelques mois, la parole des femmes se libère et entraîne une prise de conscience des atteintes quotidiennes à ses libertés qui perdurent dans notre société. Selon l’enquête ENVEFF sur les violences envers les femmes dans la France hexagonale et ultramarine, 25% des femmes vivant en ville ont déclaré avoir été insultées au moins une fois dans la rue au cours des douze derniers mois.

On estime en moyenne chaque année à 84 000 les victimes de viols ou tentatives de viols et à 220 000 les victimes d'agressions sexuelles. Ces violences sont encore taboues puisque seules 14 % des femmes victimes de violences physiques ou sexuelles au sein de leur couple osent porter plainte. Au-delà de la violence, c’est un rapport de force sexué qui dessine une marque bien trop forte sur notre société, mettant tantôt les femmes en porte-à-faux, tantôt les hommes.

Selon l’Insee, le revenu salarial des femmes en 2014 est inférieur de 24% à celui des hommes. En légère baisse de 3%, cette inégalité traduit en partie un recours plus fréquent au temps partiel (33% des mères pour 4% des pères en moyenne) et à des postes moins valorisés avec 44,8% des emplois féminins dans l’administration publique, la santé, l’enseignement ou l’action sociale. Ainsi, à conditions équivalentes de secteur, de temps de travail, d’âge, de diplôme, d’expérience etc…, les femmes ont un revenu inférieur de 9,9% à celui des hommes. Ces distinctions salariales ont un impact fort puisque les femmes partent à la retraite un an plus tard que les hommes avec des droits à la retraite inférieurs de 42%.

Si le congé parentalité ne distingue pas le sexe des parents, le congé maternité dure a minima seize semaines (avec minimum de dix semaines post-natal) pour un congé paternité de minimum onze jours. Cette différence du temps passé avec l’enfant en bas âge peut questionner aussi sur les rapports hommes-femmes que nous souhaitons dans la société.

Ne faudrait-il pas étendre et rendre obligatoire le congé paternité pour leur permettre une plus grande implication dans la vie familiale ? Dans cette société de la liberté que nous souhaitons, notre objectif doit-il être de réinventer les conditions d’un véritable équilibre des charges et des chances ? De permettre une réelle indifférence du genre dans les relations au travail ? Lutter contre les violences et les harcèlements, assurer les conditions d’une meilleure coparentalité des pères, permettre une égalité de salaires hommes/femmes… autant de sujets qui nécessitent notre attention pour favoriser des relations plus harmonieuses dans un plus grand respect des libertés de chaque individu de notre société.

 

Benoit Cuturello, Président des Jeunes Centristes
Ariane Delamarre, Secrétaire Générale des Jeunes Centristes
Aurélie Troubat, Vice-Présidente des Jeunes Centristes, déléguée au projet

 

Territoires, en partenariat avec les Jeunes Centristes, ouvre plusieurs débats. Cette contribution ne prend donc pas position. Elle est destinée à recueillir vos avis et vos propositions (à laisser dans les commentaires). Une fois ce débat enrichi, une synthèse vous sera proposée.

 

Pour avoir accès aux autres articles de la thématique, cliquez ici !

 

 


Actuellement 3 commentaire(s)

Veuillez vérifier vos emails pour le lien d'activation