Réenchanter le projet européen

Réenchanter le projet européen

Après vingt-cinq ans passés à la sillonner pour des projets industriels, je constate que notre Europe est en panne, que l’esprit européen semble las, fatigué. Mon analyse de ce coup de blues tient en un constat : la perte de l’enthousiasme de nos pères fondateurs.

Jean Monnet, cognaçais comme je le suis, avait bien compris que la construction de réseaux actifs, les plus larges possibles et avec des personnes motivées, est la clé du succès d’une entreprise. Son complice Robert Schuman déclarait, le 9 mai 1950, avec une vision à quel point acérée : « L’Europe ne se fera pas d’un coup, ni dans une construction d’ensemble : elle se fera par des réalisations concrètes, créant d’abord une solidarité de fait » !

La lecture du dernier rapport de la fondation Robert Schumann sur l’état de l’Union est très riche d’enseignements. Il nous donne un état du chemin parcouru par l’Union Européenne et ses populations ; il nous dessine en creux tout ce qui reste à faire et c’est un travail immense !

C’est un travail qui doit nous motiver et nous pousser à redonner une part de rêve et d’enthousiasme à notre projet européen.

Je pense que trois éléments peuvent participer à ce ré-enchantement. Aussi j’ouvre le débat sur :

 

Faire circuler la jeunesse et ses projets

 

Nous avons constitué en Charente fin 2013 un groupe de travail pour préparer une ou deux idées fortes à défendre en vue des élections européennes. Je suis très fier d’apprendre que l’un de nos projets, repris par la tête de notre liste de l’époque Jean Arthuis, a reçu le 6 décembre 2017 à Vienne le prix de l’innovation politique. Mais notre idée était beaucoup plus ambitieuse qu’un simple Erasmus des apprentis : il s’agissait d’élargir Erasmus à tous les jeunes ressortissants de l’UE et de leur permettre non seulement de se former mais aussi d’être accompagnés dans leur premier projet de création dans leur vie professionnelle, par exemple sous forme de FabLabs, sur le plus grand nombre de secteurs possibles et sans se limiter au secteur économique. C’est en libérant les énergies et en donnant confiance dans les institutions que tout doit devenir possible pour tous en Europe, si c’est bon pour notre projet commun.

Créons un Erasmus élargi des jeunes, appuyé sur les centres de formation universitaires et professionnels et sur les réseaux de FabLabs ou les centres de création européens !

 

Faire circuler la culture pour la partager et construire un socle commun fort

 

Dès 1992, j’ai parcouru les pays nouvellement libérés pour y implanter de grandes marques. Depuis cette date, ma conviction se renforce à chaque voyage que nos différences culturelles deviennent des forces et construisent un commun culturel européen au fil des échanges entre les individus. Au lieu de se refermer sur soi, chacun participe à un projet plus grand que lui en s’ouvrant aux autres.

L’une des raisons pour lesquelles il a fallu si peu de temps à nos amis d’Europe de l’est pour s’intégrer à notre projet tient dans ce que, sortant de quarante années d’ombre et malgré les frontières et les interdits, les échanges culturels à tous niveaux ont toujours été maintenus. Et ce aussi bien par des intellectuels reconnus que par des anonymes simplement gourmands de culture.

En 2012, une ouvrière dans une usine hongroise proche de la frontière avec l’Ukraine me disait que « quand elle n’allait pas bien, elle écoutait des chansons françaises, sans en comprendre les paroles, mais parce que la musique de la langue la faisait rêver… C’est cette musique européenne qu’il nous faut diffuser pour faire rêver les femmes et les hommes de notre continent, leur donner l’envie de la découverte et du partage, à travers tous les supports de la culture et des arts.

Il nous faut un passeport culturel européen pour permettre ces échanges !

 

Faire circuler les Européens en leur assurant l’égalité sociale là où ils travaillent

 

L’analyse des données Eurostat du rapport sur l’état de l’Union montre que l’écart entre les pays de l’UE reste très grand entre les riches et les moins riches, mais qu’il n’y a plus de pays pauvre. Cet écart diminue depuis dix ans de façon significative et se réduira davantage encore en poussant les feux de la formation professionnelle des adultes.

Une meilleure circulation des personnes et des compétences permettrait de résoudre de nombreuses difficultés actuelles :

  • Déficit de main d’œuvre qualifiée dans certains bassins d’emplois
  • Désertification médicale
  • Retard d’équipements universitaires, de formation professionnelle

L’industrie automobile a très bien compris tout l’intérêt qu’il y a à former une main d’œuvre qualifiée dans des bassins où elle ne l’était pas.

Les salariés, et d’une façon générale les personnes au travail, ne sont pas en compétition entre elles mais au contraire, des échanges entre eux naissent des process et des gains de productivité totalement insoupçonnés.

C’est ce qui arrive avec le coworking ou les open sources sur internet ; c’est ce que j’ai mis en pratique en échangeant des équipes, postes pour postes, entre notre usine de Lyon et celle d’un confrère à Madrid. Le résultat est spectaculaire aussi bien en matière de motivation des équipes ouvrières que de résultat concret pour nos entreprises !

  • C’est en tirant l’ensemble de sa population vers le haut que l’Europe se grandira, pour être prête à affronter le défit des nouvelles technologies qui s’installent à toute vitesse, quoi qu’il arrive.

Créons le contrat de travail européen des travailleurs détachés, respectueux des conditions particulières de chaque bassin d’activité, pour en faire une référence !                                                                                                                                              

Patrick Brisset,
Conseiller en entreprise et producteur de Cognac,
Fondateur du Centre International des Spiritueux,
Ancien membre du Comité Permanent du Bureau National Interprofessionnel du Cognac.

 

Pour avoir accès aux autres articles de la thématique, cliquez ici !


Actuellement 2 commentaire(s)

Veuillez vérifier vos emails pour le lien d'activation